BUTLLETÍ AL·LERGO-POL·LÍNIC

Végétation en ville :
Guia d'informació sobre les plantes amb pol·len al·lergènic

 

Diari pol·línic
Segueix l'evolució dels teus símptomes i de la quantitat de pol·len al diari pol·línic

 

OpenHealth
Intensitat de les manifestacions al·lèrgiques

Mis à jour le 03 avril 2020

Le printemps et les pollens reviennent en force !

En raison du Covid-19, de nombreux sites de mesures des pollens et moisissures sont à l'arrêt en France. Ce bulletin est une estimation basée sur les données des sites qui fonctionnent, les observations phénologiques, les retours cliniques de nos médecins sentinelles, les prévisions météorologiques, et bien sûr, notre expertise.

Après une incursion hivernale marquée depuis le début de la semaine, le printemps va faire son retour ce week-end avec dès dimanche des températures qui afficheront des valeurs dignes d'un mois de mai ! Les pollens seront de sortie et gêneront fortement les allergiques ! Les plus redoutables seront les pollens de bouleau responsables d’un risque d’allergie très élevé en Ile de France, élevé dans de nombreux départements au nord d’une ligne Bordeaux-Grenoble et moyen sur le reste du pays. Malheureusement pour les allergiques, les conditions printanières devraient durer avec un soleil assez généreux qui devrait briller très largement sur la majeure partie du pays la semaine prochaine ce qui favorisera les fortes concentrations de pollens de bouleau dans l’air.

La vigilance contre le coronavirus ne doit pas faire oublier la prise en charge des allergies respiratoires. La priorité des priorités pour les allergiques c’est de maintenir leur traitement de fond. Cela permet de mieux contrôler l’asthme et d’éviter les complications. Attention de ne pas confondre les symptômes du Covid-19 et de l'allergie aux pollens. La toux sèche ou les problèmes respiratoires liés à l'asthme sont effectivement assez semblables à ceux des premiers symptômes de l'infection au Covid-19 mais ce qui fait la grande différence pour le Covid-19 c'est le syndrome grippale (douleurs, courbatures, fièvre). Dans le doute n’hésitez pas à consulter votre médecin ou un allergologue (beaucoup se sont mis à faire de la téléconsultation en ce temps de confinement).

Les pollens de platane gagnent du terrain sur tout le pays, ils sont faiblement allergisants mais les micro-aiguilles contenues dans les bourres de platane provenant de la dégradation des capitules femelles de l'année précédente sont très irritantes et peuvent gratter dans la gorge et vous faire tousser. Les pollens de chêne et de graminées sont de plus en plus présents dans l’ouest et le sud du pays avec un risque d’allergie de niveau faible à localement moyen.

D’autres arbres sont en floraison : charmes, peupliers, saules mais avec un risque d’allergie associé qui sera faible. Les pollens de frênes sont encore présents sur tout le territoire mais commencent comme les pollens de cyprès à diminuer et le risque d’allergie ne dépassera plus le niveau faible. Autour de la Méditerranée le risque d’allergie sera moyen pour les pollens de cyprès et de platane et faible pour les pollens des herbacées (plantain, urticacées et graminées) qui démarrent leur floraison.

Même si vous êtes confinés chez vous, nous vous recommandons d’aérer quand même votre logement de préférence le matin tôt ou le soir tard quand il y a moins de pollens dans l’air.

    

                  Une forêt de bouleau et des chatons de bouleau (fleurs mâles) libérant du pollen

Revenir en haut de la page