L'allergie

Près de 25% de la population française souffre d´allergie respiratoire. De nombreux facteurs peuvent être à l´origine de ces manifestations. Ils peuvent être classés en 3 catégories :

• Les facteurs environnementaux intérieurs : il s´agit de tous les allergènes potentiels respirés avec l´air intérieur des locaux (acariens, moisissures, poils de chat, poils de chien, etc…)
• Les facteurs environnementaux extérieurs : il s´agit de tous les allergènes potentiels respirés avec l´air extérieur (pollens, moisissures).
• Les facteurs de pollution atmosphérique : il existe des relations triangulaires entre pollution, pollens et allergie. La pollution peut à la fois agir sur les pollens en modifiant leur structure biochimique extérieure et par là même leur allergénicité, et sur les muqueuses respiratoires de l´homme en modifiant sa sensibilité immunologique aux grains de pollens.

Comment se manifeste une pollinose ?

La rhinite allergique saisonnière : nez bouché, éternuements, nez qui coule et démangeaisons.
La conjonctivite allergique saisonnière : yeux rouges qui piquent, avec sensation de sable dans les yeux.
Les petits pollens, qui peuvent pénétrer jusque dans les bronches, peuvent provoquer des crises d´asthme : diminution du souffle, sifflements bronchiques, toux persistante souvent nocturne. Pour en savoir plus sur l'asthme allergique, vous pouvez visionner la video suivante : Asthme allergique
Oedèmes et urticaire sont plus rares.

Toutes ces réactions sont améliorées par la pluie et aggravées par le vent. Elles sont plus importantes à l´extérieur qu´à l´intérieur.

Pollens et allergie

Pollens : les grains de pollens contribuent au développement de la végétation qui assure la régénération de l´oxygène et a un rôle essentiel dans l´alimentation.
Cependant, pour au moins 20% de la population, ils sont responsables de réactions allergiques, en général saisonnières, appelées "rhumes des foins".

L´augmentation de ce type d´allergie, qui aurait doublé en 10 ans, justifie la surveillance du contrôle de la qualité de l´air. C´est l´aérobiologie (ou aéropalynologie) qui étudie les pollens disséminés par le vent des plantes dites anémophiles.

Les pollens ne sont pas tous dangereux

Pour provoquer une réaction d'allergie, il faut :

• Que le pollen d´arbre ou herbacée soit émis en grande quantité. C´est le cas des plantes anémophiles comme les graminées, les ambroisies, les cyprès, les bouleaux... Les pollens de plantes entomophiles comme le mimosa (reproduction et transport par les insectes) peuvent provoquer des réactions de voisinage.
• Que le pollen soit de petite taille. Les grains de pollen resteront d´autant plus longtemps dans l´atmosphère et pourront parcourir de plus grandes distances qu´ils sont petits et légers. Pour cette raison on trouvera les pollens allergisants aussi bien dans les villes qu´à la campagne.
• Que le pollen ait un fort pouvoir allergisant. Il faut qu´il puisse libérer ses particules protéiques responsables de la sensibilisation.

Conclusion

D´autres facteurs peuvent intervenir : la présence simultanée de plusieurs pollens allergisants, la pollution atmosphérique, l´existence de réactions croisées entre des pollens de la même famille ou avec certains aliments. Enfin, il faut un terrain génétique particulier pour développer cette allergie : le terrain atopique. Une autre video vous permet d'en apprendre plus sur les allergies respiratoires et l'environnement du patient allergique.

Revenir en haut de la page